Catégories du blog

Recherche dans le blog

Meilleures ventes

Nos services

Informations

Nouveaux produits

Le virus de la leucose féline (FeLV) - Maladie du chat

Publié le : 28/01/2019 19:31:17
Catégories : CONSEILS CHAT ET CHATON - Alimentation - Comportement -Education- Santé -Soins , SANTE , SOINS ET HYGIÈNE DE VOTRE CHIEN ET DE VOTRE CHAT

CHAT- Maladie chat-leucose féline- leucose chat -FELV CHAT-virus chat

Le virus de la leucose féline (FeLV) envahit les cellules spécialisées du système immunitaire, appelées cellules CD4 qu’on retrouve dans les ganglions lymphatiques et la moelle osseuse. Une fois à l’intérieur de la cellule, il se met à transformer les caractéristiques génétiques de cette dernière, permettant au virus de se reproduire à chaque fois que les cellules infectées se divisent.

À peu près 70 % des chats exposés au FeLV sont capables de combattre le virus et ils n’en tombent jamais malades. Cependant, certains chats peuvent être porteurs de ce virus. Et bien qu’ils ne soient pas cliniquement malades, ils sont toujours capables d’infecter d’autres chats.

La transmission

Le FeLV est transmis via les fluides corporels tels que la salive, les sécrétions nasales et l’urine. Il peut être véhiculé d’un chat à un autre via une morsure, de la nourriture, des bols d’eau et des bacs à litières qu’ils partagent, et le toilettage mutuel.

La femelle peut aussi transmettre le virus à sa portée.

Le diagnostic

Il peut s’avérer compliqué de diagnostiquer le FeLV puisque chaque chat réagit différemment au virus, sans oublier les différents stade de la maladie. Des analyses de sang sont généralement effectuées pour diagnostiquer le FeLV. Mais pour certains chats, on doit examiner leur moelle osseuse pour confirmer la présence du virus.

Des tests antigéniques qui identifient la présence de protéines étrangères à l’organisme, sont utilisés pour diagnostiquer le FeLV. Puisque certains chats sont capables de combattre le virus, un chat ne peut être considéré comme étant atteint du FeLV jusqu’à ce qu’il soit testé positif sur deux tests antigéniques différents faits à 90 jours d’écart.

La progression de la maladie

Tous les chats souffrant du FeLV réagissent différemment. Au fur et à mesure que le virus progresse, certains chats peuvent développer des lymphomes (cancer des tissus lymphatiques), de la leucémie (cancer de la moelle osseuse et des globules blancs), et/ou de l’anémie (un manque de globules rouges).

Lorsque le système immunitaire d’un chat est endommagé, il devient généralement incapable de combattre les infections causées par des bactéries, comme les protozoaires, les champignons et d’autres virus. Chez le chat adulte, ces maladies peuvent prendre des mois à apparaître. Toutefois, chez le chaton et le chat plus jeune, la maladie progresse plus rapidement. Environ 80 % des chats atteints du FeLV ne vivent pas au-delà de trois ans et la plupart meurent en un an.

La prévention

Puisque les chats qui vont dehors ont plus de risques de s’y exposer, vous pourrez réduire considérablement ce risque en gardant votre chat à l’intérieur de la maison et de l’éloigner des autres chats.

Il existe plusieurs vaccins disponibles contre le FeLV, mais il y a des inconvénients. Premièrement, on n’a pas réussi à prouver l’efficacité à 100 % du vaccin dans la prévention de l’infection. Deuxièmement, les vaccins anti-FeLV ont été liés à un risque accru pour le chat de développer des « sarcomes associés aux sites d’injection ». Il s’agit de cancers agressifs qui se développent sur l’endroit où a eu lieu l’injection. Veillez bien à demander à votre vétérinaire si les bienfaits du vaccin contrecarrent les risques avant de le faire vacciner. Si votre chat est toujours à l’intérieur, et si les autres chats que vous avez chez vous sont testés FeLV négatifs, le risque d’exposition au FeLV de votre chat est extrêmement bas.
On vaccine généralement le chaton contre le FeLV autour de huit à neuf semaines d’âge, puis on fait un rappel trois à quatre semaines plus tard. On effectuera des rappels annuels aussi longtemps que le chat sera exposé aux risques.

Si vous amenez un nouveau chaton ou un chat chez vous, séparez-le de tous les autres chats jusqu’à ce que vous soyez sûr que le chat soit testé FeLV négatif. Puis, faites-le examiner par un vétérinaire dès que possible.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)