Catégories du blog

Recherche dans le blog

Meilleures ventes

Nos services

Informations

L’asthme félin : quand minou ne peut pas respirer

Publié le : 25/04/2018 12:46:22
Catégories : SANTE , SOINS ET HYGIÈNE DE VOTRE CHIEN ET DE VOTRE CHAT

L’asthme félin

L’asthme félin, la maladie respiratoire la plus courante chez les chats, ressemble beaucoup à l’asthme chez l’homme. Aussi bien chez le chat que chez l’homme, une crise d’asthme survient lorsqu’une réaction allergique provoque des spasmes dans les voies respiratoires, entraînant une inflammation et un œdème qui restreint le flux d’air et rend difficile la respiration.

Les chats de tout âge et de toute race peuvent connaître ce syndrome bien qu’il semble être plus courant chez les chats âgés de 2 à 8 ans. Les mâles et les femelles sont à risque aussi bien l’un que l’autre. Mais les chats d’extérieur peuvent avoir plus de chance de développer de l’asthme que les chats d’intérieur à cause du potentiel accru d’exposition aux allergènes.

On estime qu’entre 1 et 5 pour cent des chats ont de l’asthme. Chez certains chats, ces crises peuvent être un problème chronique alors que chez d’autres, elles viennent et partent sans raison apparente. L’asthme félin est vicieux car les chats montrent peu de signes lorsqu’ils ont une crise et on risque de ne pas les voir.

Que se passe-t-il lorsque le chat fait une crise d’asthme ?

L’asthme félin

Une crise d’asthme survient dans les voies respiratoires basses. Lorsqu’un chat inspire, l’air entre par la gueule et descend la trachée. À partir de là, la trachée se divise en deux branches épaisses appelées bronches. Une fois passé à travers les bronches, l’air voyage dans de plus petites branches appelées bronchioles, puis, dans des sacs minuscules nommés alvéoles. C’est ici, dans les alvéoles, que l’oxygène est absorbé et transporté dans le reste du corps. Si quelque chose se passe mal pendant le processus, le chat peut devenir incapable d’obtenir assez d’oxygène pour le cerveau et les organes.

Une crise d’asthme commence lorsque le chat est exposé à un allergène. Le système immunitaire du chat réagit excessivement à l’allergène et envoie toute une cavalerie de cellules immunitaires dans les voies respiratoires. Ces cellules produisent une substance, l’histamine. Elle déclenche des spasmes dans les bronches qui gonflent et s’enflamment, ce qui restreint ensuite l’air au niveau des alvéoles.

Ensuite, pour aggraver les choses, les glandes pulmonaires s’élargissent, libérant de grandes quantités de mucus dans les voies respiratoires, ce qui bloque le peu d’espace pour respirer qu’il reste. Si la crise d’asthme est suffisamment grave, elle peut conduire à une détresse respiratoire qui peut devenir mortelle en quelques minutes.

Cette accumulation de mucus et de fluides crée encore plus de dommages en piégeant l’air dans les alvéoles, ce qui fait gonfler les poumons. Avec le temps, les dommages peuvent devenir permanents dans les poumons du chat.

À quoi ressemble une crise d’asthme félin ?

Les chats qui vivent une crise d’asthme vont soudainement s’arrêter dans leur activité. Ils vont s’accroupir, se voûter et allonger leur cou. Ils se mettent à tousser, à cracher du mucus mousseux et ils avalent difficilement.

D’autres symptômes de l’asthme félin peuvent inclure :

  • Un sifflement
  • Une respiration rapide et superficielle
  • Une respiration par la bouche
  • Un éternuement
  • Un vomissement après une toux difficile
  • Un appétit faible
  • Des yeux larmoyants
  • Un rythme cardiaque rapide
  • De la faiblesse
  • De la léthargie/pas d’énergie
  • Une teinte bleuâtre sur la langue et les gencives

asthme félin

Si la langue et les gencives du chat devenaient complètement bleues, cela voudrait dire qu’il n’a pas assez d’oxygène pour survivre. Il s’agit d’une urgence grave qui requiert la présence d’un vétérinaire !

Les déclencheurs de l’asthme félin



ASTHME FÉLIN

Il existe de nombreux facteurs qui peuvent déclencher une crise d’asthme félin, y compris :

  • Le gazon, les arbres, et le pollen d’ambroisie
  • La poussière des litières en argile
  • Les moisissures
  • La dirofilariose parfois appelée "maladie du ver du coeur"
  • Les produits ménagers
  • Les désodorisants (aussi bien en spray qu’en diffuseur)
  • La poussière et les acariens
  • La laque pour les cheveux
  • Le parfum et les cosmétiques
  • La fumée de cigarette
  • La fumée des cheminées et des bougies
  • Les nettoyeurs de tapis
  • Les détergents de lessive parfumés et/ou les assouplissants
  • Les oreillers de plumes
  • Les sapins de Noël naturels
  • L’air froid et sec
  • Des exercices intenses
  • Les infections bactériennes, virales ou fongiques

La litière pour chats est l’un des coupables les plus courants dans l’asthme félin, plus particulièrement la litière en argile. Il existe beaucoup de litières possédant des taux faibles en poussière ou sans poussière pour les chats souffrant d’asthme, y compris des litières faites en papier journal recyclé, en granulés de bois, en silicone, en blé, et en maïs. Toutefois, ce n’est pas parce qu’une litière est étiquetée « naturelle » qu’elle est forcément sans risque. Les litières faites avec du pin et du bois de cèdre contiennent des substances appelées acides plicatiques et abiétiques qui peuvent réellement causer de l’asthme et provoquer des dommages permanents aux voies respiratoires, même chez les chats en bonne santé.

Diagnostiquer l’asthme félin

Diagnostiquer l’asthme félin




Si vous pensez que votre chat a de l’asthme, contactez votre vétérinaire le plus tôt possible. Le diagnostic de l’asthme est considéré comme un « diagnostic d’élimination », ce qui veut dire que toutes les autres maladies respiratoires éventuelles doivent être supprimées d’abord pour être sûr que l’asthme est le vrai coupable.

Votre vétérinaire peut vous recommander de faire quelques uns de ces tests pour confirmer le diagnostic de l’asthme :

  • Une prise de sang pour vérifier le fonctionnement organique, les taux de sucre sanguin, une infection, ou une augmentation du nombre de globules rouges spécialisés appelés éosinophiles qui peuvent indiquer une réaction allergique.
  • Un test de dirofilariose pour évincer la possibilité de la présence de cette maladie.
  • Des radios du cœur et des poumons. Les chats souffrant d’asthme montrent parfois des signes distinctifs qui brillent dans leurs voies respiratoires sur les radios.
  • Des analyses de selles pour éradiquer la possibilité de la présence du ver pulmonaire, un parasite qui vit dans les poumons et pond des œufs, via les selles.
  • La bronchoscopie, une procédure qui implique la mise d’un tube flexible avec une caméra au bout dans les poumons pour que le vétérinaire puisse voir directement les voies respiratoires.
  • Un lavage trachéal. C’est une technique qui repose sur le « lavement »  de la trachée avec une solution saline stérile qui recueille les cellules et le mucus de la trachée. Le vétérinaire pourra ainsi les examiner sous microscope.
  • Une tomodensitométrie, qui fournit une image 3D du système respiratoire.

Traiter l’asthme félin

Comment traiter  l’asthme félin ?




Lorsqu’il s’agit de traiter l’asthme félin, on doit viser trois buts : réduire la quantité de fluide et de mucus des voies respiratoires, améliorer le flux d’air et réduire les symptômes. Bien que l’asthme soit considéré comme incurable, on peut le gérer. Les chats qui ont de l’asthme vivent bien et longtemps avec un traitement approprié.

Le traitement de l’asthme félin consiste généralement à :

  • Éviter les déclencheurs. Puisque l’asthme commence par une réaction allergique, il est important d’essayer d’identifier et de retirer les allergènes qui causent le problème (cela peut impliquer un changement d’alimentation, comme suivre un régime hypoallergénique, par exemple).
  • Bien veiller à ce que le chat ait un poids correct. Les chats obèses et en surpoids souffrent d’une inflammation généralisée de l’organisme ce qui aggrave l’asthme. Le surpoids génère plus de stress au cœur et aux poumons.
  • Réduire le stress, qui peut contribuer aux crises d’asthme.
  • Prendre des corticostéroïdes qui ont un effet anti-inflammatoire puissant. Bien qu’ils puissent être injectés ou donnés sous forme de pilule, ils sont plus efficaces et ont moins d’effets secondaires que l’inhalateur.
  • Utiliser des bonchodilatateurs, des médicaments inhalés directement dans les poumons pour ouvrir les voies respiratoires et permettre au chat de respirer plus librement. Ils sont généralement utilisés en association avec des corticostéroïdes puisque les bronchodilatateurs ne traitent pas l’inflammation qui est à l’origine de l’asthme. 

Puisqu’il est impossible de demander à un chat qui a une crise d’asthme de prendre son inhalateur comme le feraient des humains, il existe des inhalateurs conçus spécialement pour les chats. Il y a un endroit au niveau du masque qui peut être placé sur la gueule et le museau pour lui permettre de respirer les médicaments lui-même.

Le point positif de l’asthme félin

Bien que les crises d’asthme chez le chat puissent être mortelles, la majorité des chats souffrant d’asthme ne semblent pas vivre de crise grave. Les chats asthmatiques sont nombreux à ne présenter aucun symptôme entre les crises. Avec une surveillance rapprochée, un environnement possédant le moins de déclencheurs possibles et un traitement approprié, ils vivent une vie relativement normale.

Toutefois, l’asthme peut progresser s’il n’est pas traité correctement, donc, veillez bien à signaler les toux éventuelles de votre chat à votre vétérinaire.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)